Archives du mot-clef Industrie Pharmaceutique

Essais thérapeutiques : faut-il mieux les encadrer ?

1Un mort, quatre personnes en état grave : c’est le résultat d’un essai thérapeutique qui a mal tourné au Centre Hospitalier Universitaire de Rennes, jeudi 14 janvier 2016. Cinq victimes d’une nouvelle molécule, contenue dans le médicament BIA 10-2474, sensé aider à lutter contre la douleur et l’anxiété, et à soulager les malades atteints de troubles neurologiques ou  moteurs, associés à des maladies comme Alzheimer ou Parkinson. Testée sur des patients volontaires par le laboratoire Biotrial, pourtant rodé à l’exercice et agréé depuis plus de vingt ans par le Ministère de la Santé, cette molécule a été immédiatement retirée de toutes les substances testées à travers le monde en ce moment. Mais si Marisol Touraine, la Ministre de la Santé, s’est rendue immédiatement sur place et s’est largement exprimée dans les médias, le laboratoire Biotrial, pour sa part, communique de manière très laconique sur l’affaire et continue d’arborer sur son site Internet des témoignages de volontaires testeurs enthousiastes. Seul un petit encadré en bas de pages, à droite, indique que « suite aux évènements tragiques de ces derniers jours, Biotrial tenait à remercier tous les volontaires, qui par leurs nombreux témoignages apportent leur soutien aux volontaires et membres de leurs familles touchés par ce drame ». Comme si, quelque part, ces tests devaient perdurer dans une sorte d’opacité, comme s’il fallait les évoquer le moins possible, comme s’il restait une forme de tabou autour de cette recherche basée sur le vivant, sur l’humain.

Lire la suite

Acné : nouvelles recommandations des dermatologues après les polémiques sur diane 35 et Roaccutane

1Le traitement de l’acné a été sujet à de nombreuses polémiques ces dernières années, entre les effets secondaires des médicaments à base d’isotrétinoïne, type Roaccutane®, qui peuvent générer un mal-être, voire une dépression, et qui est même soupçonné d’avoir poussé certains adolescents au suicide… en passant par les pilules de type diane 35, soupçonnées par l’Agence Nationale du Médicament d’être dangereuse, car elle pourrait présenter des risques de décès, en provoquant des thromboses.

Lire la suite

Pénurie de vaccins et médicaments : parents, médecins et pharmaciens en appellent aux laboratoires

17André, pharmacien dans les Hauts-de-Seine, reçoit des commandes chaque jour, pour réapprovisionner ses stocks au fur et à mesure : de grandes caisses vertes, dans lesquelles hélas, de plus en plus de produits manquent à l’appel. Et comme André, tous les pharmaciens de France font le même constat : « Nous avons des produits manquants depuis maintenant plusieurs mois, parfois un an, voire davantage. Exemple : les suppositoires antivomitifs pour enfants, ou des vaccins pour nourissons, et bien d’autres encore ». Le pharmacien nous montre une liste, remplie de noms de médicaments en face desquels le mot « manquant » est inscrit, surligné de jaune fluo. « Vous avez aussi des produits pour la diarrhée, pour parkinson, pour des douleurs neurologiques, etc etc… Pour moi là ça fait vraiment beaucoup, c’est trop, ce sont plusieurs laboratoires différents qui nous font subir de grosses ruptures, qui durent très longtemps dans le temps, et cela devient très difficile à gérer avec des patients qui ne savent plus quoi faire, qui ont besoin de leurs médicaments et qui ne comprennent pas que leur pharmacien ne soit pas en mesure de leur donner ce que les médecins ont prescrit. Parfois je vois des personnes âgées, qui ont du mal à se déplacer, et qui se mettent à pleurer de fatigue et d’énervement parce qu’elles en sont à leur troisième, quatrième, dixième refus dans des pharmacies successives, et elles ont fait des kilomètres et perdu plusieurs heures pour rien. C’est très difficile à vivre, pour les patients évidemment, mais pour les professionnels de santé aussi ».

Lire la suite

Pharmaciens : le business des médicaments sans ordonnance

pharmaciesC’est une enquête de l’Observatoire 2014 des Médicaments, publiée par Familles Rurales ce mardi 16 décembre 2014, qui a révélé le juteux business de certaines pharmacies avec les médicaments vendus sans ordonnance… Ainsi, après un an d’enquête dans 45 pharmacies et sur 43 sites Internet, l’étude révèle une incroyable disparité de prix d’une officine à une autre, et selon qu’il tombe bien ou pas, le client paiera un prix qui peut varier du simple… au quadruple, voire davantage ! Selon Dominique Marmier, président de l’association Familles Rurales, « l’association est restée cinq ans en tant que spectatrice avant de prendre la décision de dénoncer ces pratiques, tellement elles deviennent de plus en plus conséquentes ».

Lire la suite