Etat végétatif, fin de vie, soins palliatifs : quand la médecine et les parents s’opposent

Il y a un mois, le 5 janvier 2018, le Conseil d’Etat a confirmé l’arrêt des traitements pour cesser de maintenir artificiellement en vie une collégienne de 14 ans, en état de mort cérébrale depuis 6 mois. Ce faisant, la haute juridiction a donné raison aux médecins, qui demandaient cette interruption des soins, contre l’avis du père et de la mère de la jeune patiente. Ces derniers avaient déposé le recours devant le Conseil d’Etat une première décision du Tribunal de Nancy, qui allait déjà dans le sens de l’équipe soignante. « Effondrés », selon les termes employés par leur avocats, les parents ont pris la décision de déposer un nouveau recours, cette fois-ci devant la Cour européenne des Droits de l’Homme… une forme d’appel qui n’est pas suspensive, c’est-à-dire qu’en théorie, l’équipe de médecins réanimateurs du CHU de Nancy où est hospitalisée l’enfant, pourraient suspendre les soins dès maintenant. Mais face au désarroi et à la douleur de la famille, ils ont indiqué qu’ils préféraient attendre le verdict de la CEDH.

Continuer la lecture

EHPAD au bout du rouleau : la ministre de la Santé promet un « plan d’action »

On en entend rarement parler mais cette fois-ci, ils ont décidé de sortir de leur silence : mardi prochain, le 30 janvier 2018, les personnels des Ehpad feront grève. Ehpad, comme Etablissement d’hébergement pour Personnes Agées Dépendantes. Et ce mouvement d’humeur est plutôt très suivi et risque de faire parler de lui : déjà, plus de 300 000 de ces soignants ont signé une pétition pour dénoncer leurs conditions de travail. « Aujourd’hui nous considérons que nous travaillons dans des conditions indécentes », explique Christine R., infirmière dans une maison de retraite pour personnes âgées dépendantes. Elle travaille 3 week-ends sur 4, faute de personnel, pour 1300 euros net par mois. Et pourtant, ce n’est pas pour cela qu’elle fera grève mardi. « Moi je travaille auprès des personnes âgées par vocation, et mon métier je l’aime toujours, après plus de trente ans de carrière. Mais je ne l’exerce plus comme je le souhaiterais, et cela m’attriste : 8 emplois viennent d’être supprimés dans notre Ehpad. Nous avons de moins en moins de personnels auprès des résidents. On en est au stade où on travaille à la chaîne et c’est au détriment des patients. On est à 4 pour faire la toilette de 50 personnes, et il faut aller toujours plus vite. On en est à faire ce qu’on appelle la « toilette VMC », visage mains cul, vous vous rendez compte ? Pour les repas, on est obligés de choisir celui qui mangera chaud et celui qui mangera froid ! ».

Continuer la lecture

Agnès Buzyn : une rentrée sur les chapeaux de roues pour la ministre de la Santé

Depuis le 1er janvier 2018, on n’entend, on ne voit qu’elle dans les médias : Agnès Buzyn est celle du gouvernement qui fait le plus parler d’elle en ce début d’année. D’abord, sur le front de la vaccination. Alors que désormais, 11 vaccins sont obligatoires pour les nouveaux nés (au lieu de 3), la doctoresse-ministre part en campagne contre « la désinformation et la théorie du complot ». Les Français sont de plus en plus sceptiques sur les injections subies par leurs enfants ? Madame la ministre ne s’en laisse pas conter, n’essaie de brosser personne dans le sens du poil, et rappelle l’importance de la vaccination dans les progrès de la science et de l’humanité en matière d’espérance de vie, ainsi que le principe de la responsabilité de chacun pour une vie en collectif sans risque. Elle est courageuse, déterminée, plaît ou déplaît mais ne laisse personne indifférent.

Continuer la lecture

Noël : les jeux virtuels sont-ils dangereux pour la santé ?

Il en existe de plus en plus, et ils font fureur chez les enfants, qui en ont parsemé leurs lettres de vœux au Père Noël : les jouets robotisés programmables, ou à construire, peuvent prendre la forme d’un robot, d’une peluche, d’un mécano… Son ancêtre ? Le jouet à télécommande… sauf que ce jouet là, que l’on appelle le « coding », prend ses instructions directement de l’enfant : aller à droite, à gauche, mais aussi s’activer au réveil, et même obéir à des ordres donnés à distance par téléphone portable…. Ils existent à partir de 6 ans, et possèdent des avantages, bien sûr, comme la stimulation de la créativité.

Continuer la lecture

Burn out, détresse professionnelle : un observatoire de la souffrance au travail pour les soignants

Cela fait des années qu’ils expriment, dans la rue ou les médias, mais aussi par leurs actes et leurs absences (le taux de suicide et de burn out des personnels médicaux a explosé depuis dix ans), leur malaise au travail : les soignants en France vont mal, de plus en plus mal, pour des raisons multiples mais dont on connaît par cœur les deux ou trois principales : la réduction des budgets et des effectifs, des conditions de travail dégradées en conséquence, et pourtant, un immense sentiment d’incompréhension et un manque cruel de reconnaissance de la part de leurs hiérarchies, de leurs tutelles et de leur ministère.

Continuer la lecture

La médecine de guerre de nouveau enseignée dans les universités françaises

C’est une guerre particulière : celle contre le terrorisme. Depuis les attentats de Charlie Hebdo, puis de Paris et Saint-Denis, en janvier et novembre 2015, les techniques de secourisme des médecins soldats sont de nouveau enseignées aux  futurs professionnels de santé. Tout un symbole… Militaires et praticiens à la fois, les formateurs viennent dans les facultés de médecine pour transmettre leur expertise en matière d’attaques terroristes. Objectif : savoir faire face à un Plan Orsec-Novi (Nombreuses Victimes), réagir de manière appropriée, connaître les  techniques de soins à appliquer en urgence pour secourir un maximum de blessés avec la meilleure efficacité possible ; savoir, aussi, comment se prémunir psychologiquement pour éviter le stress post traumatique, et pouvoir ainsi agir avec sang froid.

Continuer la lecture

Un protocole médical unique pour les victimes des attentats du 13/11/15

Ses souvenirs la hantent. Elle est mère de famille, avec sa fille elles ont passé une demi-heure dans la salle du Bataclan, le 13 novembre 2015, après l’entrée des terroristes et le début de la fusillade. Dans son esprit, ces trente minutes là sont pour toujours associées à un danger, au chaos, à ce qu’elle a ressenti comme la fin du monde, la mort imminente. Elle a 48 ans, elle ne veut pas qu’on donne son prénom, elle a trop souffert. « Mes souvenirs sont trop violents, je n’ai pas pu continuer à vivre comme avant, cela ne reviendra jamais. Le Bataclan c’est mon cauchemar perpétuel. Il resurgit au moindre bruit, de nuit comme de jour, et dans ces cas là je m’enfonce dans une peur panique, qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qui va m’arriver… et je bascule dans un autre monde, celui de mes phobies. Des claquements secs, des travaux, des klaxons dans un embouteillage me font sursauter et déclenchent ça. Je vis dans une angoisse permanente. J’ai réchappé d’une tuerie qui a fait 90 morts, je n’ose plus sortir, j’ai du quitter mon travail. J’ai sans arrêt des images sanglantes, morbides dans la tête ». Elle souffre de maux de tête, de ventre, de palpitations, de sueur, d’envies brutales de pleurer, elle fait des cauchemars, des insomnies.

Continuer la lecture

Les médecins soulagés : le tiers payant ne sera pas généralisé en 2018

Allez voir n’importe quel médecin généraliste et demandez lui son avis : c’est le mot « soulagement », qui revient toujours ! Après des années de protestation, de manifestation, de grève implicite à la carte vitale, et aussi, des années d’inquiétude à se demander comment ils allaient faire, c’est la bonne nouvelle de l’automne et un indéniable point positif à porter au crédit du nouveau gouvernement : la généralisation du tiers payant, projet phare du quinquennat Hollande et fer de lance de Marisol Touraine pendant tout son ministère, est donc supprimée. Le projet de budget pour la sécurité sociale en 2018 a été adopté dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, sans cette mesure. C’était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, d’ailleurs, qui avait tout de suite promis qu’il reviendrait sur cette obligation.

Continuer la lecture

Ras le bol dans la Fonction Publique Hospitalière : paroles d’agents

« Nos conditions de travail sont déplorables, on a une direction qui ne nous entend pas et les personnels en ont marre… alors je suis désolé, mais on vous prend un peu en otage… ». Cette phrase, entendue des dizaines de fois lors de la grande manifestation de la fonction publique cette semaine, résume en quelques mots l’état d’esprit des soignants qui travaillent à l’hôpital. Des années maintenant, que la situation à l’hôpital se dégrade, et des alertes qui semblent résonner dans le vide : médecins, infirmiers, aides soignants, sages femmes se sentent pris en otage entre leur vocation d’assistance à autrui, et des pouvoirs publics et des directions qui font la sourde oreille, obsédés par la réduction des déficits et le retour à l’équilibre.

Continuer la lecture

La sécurité sociale vers un retour à l’équilibre ?

Le déficit de la sécurité sociale, celui que l’on a si longtemps surnommé le « trou de la sécu », revient de loin… après avoir atteint des profondeurs abyssales au début des années 2000, il s’est très progressivement résorbé. Jusqu’à atteindre 5 milliards d’euros cette année. Alors l’objectif du gouvernement pour 2018, c’est de continuer à réduire la zone « rouge » pour repasser dans le vert… et de viser « seulement » les 2 milliards d’euros de déficit. Comment les pouvoirs publics comptent-ils y arriver ? Bercy, Matignon et le Ministère de la Santé ont cogité sur différentes solutions. Lors de la présentation du projet de budget pour l’année prochaine, en ce qui concerne la santé des Français, Agnès Buzyn, qui a succédé à Marisol Touraine, et Gérald Darmanin pour les comptes publics, ont mis sur la table les options retenues.

Continuer la lecture