Les différents lieux d’exercice pour un infirmier

1 commentaire

Portrait of a confident young female doctor with a stethoscope at hospitalInfirmier est la profession paramédicale généraliste la plus répandue. Le métier d’infirmier consiste à dispenser des soins de nature préventive, palliative ou curative pour maintenir ou restaurer la santé du patient. Il fait donc parti du système de santé et intervient dans le cadre d’une équipe pluri-professionnelle afin d’évaluer et d’analyser des situations de soins, de mettre en œuvre des traitements et de prodiguer et d’évaluer des mesures curatives.

Les infirmiers suivent un cursus en 3 ans après le bac qui s’intègre après un concours de sélection. Au terme de ces études, ils peuvent choisir d’exercer l’emploi d’infirmier dans plusieurs secteurs (hôpital, clinique, entreprise, école, à domicile ou même dans des ONGs) et de manière différente (recrutement direct par les structures de soins ou en passant par des agences d’intérim infirmier ou des sites emploi spécialisés). Mais quelles sont les spécificités de ces lieux d’exercice ?

 

L’hôpital ou la clinique : la polyvalence et l’apprentissage

Le métier d’infirmier peut s’exercer en tant que salarié d’un hôpital ou d’une clinique. L’avantage de ce type d’exercice est bien sûr le salaire perçu tous les mois, qui est indépendant de la charge de travail. De plus, les emplois d’infirmiers dans le secteur hospitalier ne manquent pas à cause de la pénurie de professions paramédicales observées en ce moment en France.

Cependant, les infirmiers pratiquant en milieu hospitalier sont également soumis à certaines contraintes : roulements horaires pour effectuer un service 24h/24, pression hiérarchique ou charge de travail importante due aux effectifs souvent réduits des services hospitaliers. De plus, certains services souhaitent recruter des infirmiers spécialisés, ce qui correspond moins au profil généraliste des candidats sortants tout juste de l’école.

Les offres d’emploi disponibles sur le marché de la santé (voir ici) restent tout de même nombreuses et se concentrent dans les grandes et moyennes villes qui possèdent un ou plusieurs centres de soins de type hôpitaux et cliniques.

 

Le cabinet libéral

En cabinet libéral, le rythme de travail est souvent moins pénible qu’en hôpital car l’infirmier peut organiser son temps de travail comme il le souhaite, surtout s’il s’est associé avec des collègues. Attention cependant, le statut libéral engendre des frais et des tâches qu’on ne trouve pas en milieu hospitalier : achat de matériel, comptabilité, etc…

L’infirmier libéral effectue le plus souvent des visites à domicile afin de prodiguer soins et conseils aux patients. Cette activité peut donc tout à fait s’effectuer dans une zone rurale où la demande est souvent forte. Il faudra alors penser aux kilomètres à parcourir chaque jour pour les visites qui ont un coût en temps et en argent.

 

En école ou en entreprise

Dans les milieux scolaire ou professionnel, les infirmiers sont confrontés à des situations variées et doivent savoir repérer une urgence si elle se présente. Leur rôle est de prodiguer des soins et de conseiller les personnes venant les voir.

L’infirmier, outre son poste auprès du médecin de santé au travail, concernant le suivi des visites d’embauche et les accidents de travail, a un véritable rôle sur la prévention des risques.

En milieu professionnel, le rythme de travail est souvent celui des horaires de bureau et en milieu scolaire, l’infirmier profitera également des week-ends et vacances scolaires.

 

En ONG (Organisation Non Gouvernementale)

De nombreuses associations humanitaires recrutent régulièrement des infirmiers pour les envoyer sur le terrain. Pour s’engager, il est donc possible de postuler auprès de ces différentes ONGs. Cependant, il ne s’agit pas d’un choix à prendre à la légère. La réalité du terrain est souvent difficile (population défavorisée, manque de matériel), les heures ne se comptent pas et l’éloignement de la famille peut peser sur le moral de l’infirmier.

 

Une réflexion au sujet de « Les différents lieux d’exercice pour un infirmier »

  1. marie

    avant de s’engager dans ce métier passionnant et altruiste, il faut être consciente que le personnel infirmier est confronté à de nombreux risques professionnels, biologiques évidemment du fait de sa proximité avec des malades, mais aussi physiques, telles les lombalgies dues à la manipulation de patients alités, chimiques par contact avec des produits ou instruments médicaux, psychologiques enfin par côtoiement constant avec des personnes souffrantes et parfois violentes dans les cas de malades mentaux. Ces risques sont aggravés par des conditions de travail stressantes, comme le travail de nuit :  » La prévention des risques des soins infirmiers  » : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-biologique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=129&dossid=242

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *