Cancer du sein : toutes ces femmes qui luttent dans l’ombre

cancerC’est devenu l’un des cancers les plus « banalisés » dans la société actuelle, de ceux dont on pense qu’ils ne sont finalement « pas si graves », que la malade va « forcément s’en sortir » car « aujourd’hui tout le monde en guérit ». Ces phrases là, toutes les femmes ou presque qui ont souffert d’un cancer du sein les ont déjà entendues. « Il y a même une amie qui m’a dit, pensant bien faire, que j’avais de la chance car c’était un des cancers dont le traitement faisait le moins perdre ses cheveux ! », se souvient Catherine, 57 ans, institutrice, en rémission d’un cancer du sein survenu il y a quatre ans. « Les gens ne se rendent pas compte… un cancer du sein est un cancer. Point final. »

Lire la suite

Vivisection, expérimentation animale : pour ou contre ?

Le chiffre est tombé début 2014 : avec 11 millions d’animaux tués en Europe dans les laboratoireschien malade en 2011, dont près de 2,5 millions en France, notre pays est officiellement leader de la torture animale dans l’Union. Ce ne sont pas des statistiques publiées par une association de défense des animaux, mais bien par l’Europe elle même : rendu publique fin décembre 2013, le rapport de la Commission Européenne intitulé « Septième rapport sur les statistiques concernant le nombre d’animaux utilisés à des fins expérimentales et à d’autres fins scientifiques dans les États membres de l’Union européenne », présente ainsi les résultats des données collectées par l’ensemble des 27 états membres en 2011 (2010 pour les données fournies par la France). Les chiffres exacts font froid dans le dos : 11 481 521 animaux très exactement ont été torturés et tués dans les laboratoires d’Europe en 2011, soit seulement 4,3% de moins qu’en 2008. De toute façon, cette baisse relative s’explique davantage par la crise économique et une réduction globale des dépenses consacrées à la recherche, plutôt qu’à une stratégie engagée et affirmée de réduire l’expérimentation animale : aucun des 27 États ne s’est, à un moment ou à un autre, exprimé dans ce sens. Lire la suite

Le business des anti-cholestérol

etudesL’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSES) vient tout juste de publier (le 17 juillet 2014) un avis mettant en garde contre la consommation d’aliments contenant des phytosterols, des composants destinés à la lutte contre le cholestérol. En clair, non seulement les produits dits « anticholestérol » ne sont pas particulièrement bénéfiques pour la santé, mais en plus ils sont inefficaces pour lutter contre les maladies cardio-vasculaires, et surtout, il pourraient carrément être dangereux, par exemple pour les femmes enceintes ou qui allaitent : l’ANSES explique que trop de phytosterols pourraient augmenter les risques cardio-vasculaires… Un comble !

Lire la suite

Troubles du sommeil : un Français sur trois ne dort pas bien

siesteLes Français seraient-ils les plus gros insomniaques de la planète ? Pas forcément, mais une chose est sûre : dans l’Hexagone, on ne dort pas franchement sur ses deux oreilles. Un tiers de la population française souffre aujourd’hui de troubles du sommeil léger (cauchemar, agitation, insomnie…), et un Français sur cinq souffre de troubles du sommeil plus préoccupants, comme l’apnée du sommeil. Selon un récent rapport de l’Institut de Veille Sanitaire, c’est surtout la population active qui est touchée par ces problèmes, donc essentiellement les hommes et les femmes entre 15 et 54 ans, avec 7,07 heures de sommeil en moyenne pour les individus de sexe masculin et 7,18 heures en moyenne pour les individus de sexe féminin. « Malheureusement, c’est très difficile de quantifier exactement la proportion de personnes sévèrement atteintes, car nous manquons de critères précis », expliquait fin 2012 le professeur Maurice Ohayon, directeur du Stanford Sleep Epidemiology Research Center, dans un bulletin consacré aux troubles du sommeil en France. « Pourtant, plus le sommeil des mauvais dormeurs sera établi avec précision, plus ceux qui en ont vraiment besoin pourront bénéficier d’un traitement adapté », concluait-il alors.

Lire la suite

Santé et secourisme : les métiers de l’été

baigneursL’été, LA saison des vacances, est aussi une période particulièrement propice à l’embauche : les jobs saisonniers sont légion, et tout particulièrement dans le domaine de la santé et du secourisme. Car, pendant que le commun des mortels a posé ses RTT et ses jours de congés payés pour aller se dorer la pilule et se mettre les orteils en éventail, il en est d’autres qui turbinent… Nous les ignorons souvent, car ils font partie du paysage. Mais sans eux, la « zénitude » et la sérénité de nos vacances ne seraient pas les mêmes.

Lire la suite

Le Ramadan : dangereux pour la santé ?

ramadanLe Ramadan aux mois de juin et de juillet : c’est l’une des pires conjonctures pour le corps, car les journées sont les plus longues de l’année, la chaleur déjà forte, et les vacances à peine commencées : ceux qui respectent le jeûne du Ramadan en ce moment ont sur les épaules toute la fatigue accumulée de l’année, sans avoir pu se ressourcer ni se reposer au préalable, au contraire des années précédentes. C’est sans doute la raison pour laquelle, en cet été 2014, il leur faudra être particulièrement vigilants pour ne pas mettre leur santé en péril.

Lire la suite

Plan d’économies : les maternités dans le collimateur de la Sécu

bebesCe jeudi 26 juin, le Conseil d’Administration de l’Assurance Maladie doit examiner un rapport qui, pour économiser 280 millions d’euros sur les dépenses de Sécurité Sociale, propose tout simplement d’écourter d’une journée le séjour des jeunes accouchées dans les  maternités. Une idée qui fait bondir certains, et crée d’ores et déjà la polémique : « Nous jugeons que cette réflexion est un peu inquiétante », estime Thierry Vidor, directeur général de l’association Familles de France. « Car on ne peut raisonnablement pas mettre dans la balance financière la santé des nouveaux nés et de leurs mamans. Il faut plus de trois jours à une femme pour se remettre ! »

Lire la suite

Sages-femmes : elles dénoncent un système de santé machiste

discriminationLes professions de santé constitueraient-elles l’un des derniers univers professionnels en France, où le machisme est encore particulièrement prégnant et où les femmes ont le sentiment permanent d’être victimes de misogynie ? C’est en tout cas l’une des questions posées par les sages-femmes, toujours déterminées à faire évoluer le statut de leur métier, dont elles réclament une autre reconnaissance, une meilleure définition, et l’appartenance au secteur du médical et non du paramédical : « Où est l’élimination de toutes les formes de discrimination concernant la profession de sage femme, exclusivement féminine avec 17000 agents dont moins de 10% d’hommes ? », s’exaspère l’une delle, rencontrée pendant l’une des dernières manifestations. « Pourquoi des médecins bénéficient sans cesse de réévaluations, alors que les sages-femmes n’ont jamais reçu aucune réelle revalorisation professionnelle rattrapant le retard acquis ? Aucun des ministres qui se succèdent ne semble vouloir mesurer la discrimination faite aux professions médicales et para médicales, dont les effectifs sont largement représentés par la gente féminine ! »

Lire la suite

Santé : faut-il légaliser le cannabis pour les malades ?

feuilleL’obésité, les TOC (Troubles Obsessionnels Compulsifs), le cancer, la dépression, le sida, l’Alzheimer, la sclérose en plaques ou l’asthme : à en croire certains partisans de cette drogue « douce », le cannabis pourrait faire des miracles thérapeutiques et soigner tout un panel de maladies. D’ailleurs, dans certains pays comme la Belgique, la Suisse ou les Etats-Unis, la plante verte aux feuilles étoilées est déjà largement utilisée par les médecins, qui le délivrent tel un médicament, sur ordonnance. Antidouleur, antispasmodique, antinauséeux… autant de vertus qui poussent de plus en plus de malades en France à réclamer une légalisation thérapeutique du cannabis… en vain pour l’instant.

Lire la suite

Procréation médicalement assistée : un droit pour tous ?

eprouvetteCe vendredi 6 juin, le « manifeste des 343 fraudeuses » publié dans le journal Libération, a relancé la polémique. La pétition a été rédigée et signée par quelque 400 femmes, qui reconnaissent avoir eu recours à la PMA à l’étranger alors qu’elle n’est pas autorisée en France. Elle a été lancée par un couple de femmes mariées et soutenues par l’Association des Parents gays et lesbiens. « Ce manifeste est né de notre colère », expliquent les signataires. « La colère de devoir faire des milliers de kilomètres pour nous rendre en Belgique dans l’espoir de pouvoir fonder un jour une famille… Et la colère de devoir ensuite nous justifier auprès de la justice française ».

Lire la suite