Etre humanitaire à Alep

10Epargner les civils, leur porter secours, soigner les blessés : voilà la mission des humanitaires en mission en Syrie, alors que la deuxième ville du pays, Alep, subit depuis plus d’un mois l’offensive nourrie du régime de Bachar Al Assad. Sous le feu incessant des bombardements de l’armée et des tirs de roquette des rebelles, dans les quartiers est de la ville, des milliers de civils sont piégés, affamés par le siège qui interdit à tout convoi humanitaire d’acheminer des ravitaillements. Difficile, sur place, de savoir réellement quelle est la situation, tant les informations sont différentes selon qu’elles proviennent du pouvoir en place, des milices rebelles, des Russes, de la Turquie ou de l’Iran  (alliés de Bachar Al Assad), ou de la Coalition Internationale (à laquelle participent la France et les Etats-Unis). D’autres sources, comme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, sont aussi régulièrement remises en cause parce qu’elles proviennent de Syrien réfugiés en Europe, et qui n’ont d’informations sur place que celles que leurs contacts peuvent recueillir. Le conflit est tel et les enjeux si grands, qu’il est presque impossible de pouvoir jurer qu’une source est fiable, et a fortiori les informations qu’elle divulgue.

Lire la suite

Implants contraceptifs Essure : encore un scandale sanitaire ?

5C’est l’avocat des victimes du médiator qui a pris le dossier en main : et cela veut tout dire… au cœur d’un nouveau scandale sanitaire, ou ce qui y ressemble, le laboratoire allemand Bayer. C’est lui qui fabrique les implants contraceptifs Essure, ces petits ressorts posés en sous-cutané chez les femmes désireuses d’éviter ainsi une grossesse… et c’est lui qui est, aujourd’hui, au cœur de la tourmente, visé par deux plaintes de patientes. Alors que d’autres dossiers, plusieurs dizaines, sont en cours de constitution. Et qu’une association, RESIST (Réseau d’entraide de soutien et d’information sur la stérilisation tubaire), s’est montée, animée par des femmes qui s’estiment victimes du laboratoire.

Lire la suite

Infirmiers : ils ont enfin leur propre code de déontologie

4C’est officiel depuis le 27 novembre 2016 : les infirmiers ont désormais leur propre code de déontologie, et pour la profession, c’est un tournant important : une marque d’estime, enfin, dans les textes, pour un métier qui a beaucoup souffert ces dernières années. Depuis 6 ans déjà, les infirmiers attendaient ce décret : « la publication du premier code de déontologie des infirmiers marque la reconnaissance de l’ensemble d’une profession de plus en plus autonome », selon la première réaction de l’Ordre National des Infirmiers. « Cette inscription dans les textes d’un code de déontologie survient à un moment où la profession infirmière souffre d’un vrai, d’un profond malaise, et se pose des questions quant à son avenir et à celui du système de santé en France ».

Lire la suite

Numérus clausus : 500 places de plus suffiront-elles à combler les déserts médicaux ?

16Comment combler les déserts médicaux ? L’une des solutions consiste tout simplement à augmenter le numérus clausus du nombre de places en deuxième année de médecine, et c’est la mesure qu’a décidé de prendre la ministre de la Santé, Marisol Touraine : 22 facultés de médecine en France pourront se répartir 478 places supplémentaires à l’issue de la première année, pour le concours d’accès à la deuxième. Cela correspond à une hausse globale de 11% du nombre de places. Déjà, en 2015, la ministre avait relevé ce quota d’un peu moins de 200 places sur 2 ans.

Lire la suite

Europe : l’avortement de plus en plus remis en question

4En Europe comme ailleurs dans le monde, ces temps-ci, la question de l’avortement revient au faîte des grandes questions d’actualité… Et la remise en cause de ce droit fondamental des femmes, acquis de haute lutte il y a quelques décennies et qui semblait inaliénable, n’est plus si choquante et devient même souhaitable pour une partie de nos sociétés occidentales. Les soignants et les personnels d’accompagnement social s’en inquiètent, et s’en émeuvent.

Lire la suite

Soignants du libéral et salariés : ensemble pour protester et dénoncer

5L’expression dans la rue d’un tel malaise, cela n’était pas arrivé depuis 30 ans, depuis 1988 exactement : les personnels de santé du public et leurs collègues du libéral, et les étudiants de la filière, ensemble main dans la main et dans la rue. Ils protestaient, ce mardi 8 novembre 2016, contre la dégradation de leurs conditions de travail. Infirmières, infirmiers, aides-soignants et aides soignantes, ils étaient 700 000 à manifester dans toutes la France ! « Cela fait 20 ans que je fais ce travail, et j’ai eu le temps de voir le métier changer, je vous assure », confie Valérie, dans le cortège parisien. « Comment expliquer, autrement, la vague de suicides qui a frappé notre profession cet été (voir notre article sur les « Conditions de travail à l’hôpital »? Nous sommes obligés de courir en permanence et dans tous les sens, nous n’avons plus le temps pour nos patients, que ce soit à l’hôpital pour celles qui y travaillent, ou à domicile pour les infirmières libérales ».

Lire la suite

Sortir de l’autisme est-ce possible ? (partie 3)

5Sur ce blog, il y a quelques mois, nous avions consacré un article à l’autisme : vous aviez été très nombreux à venir le lire et apporter vos contributions, mais aussi à poser des questions, une multitude de questions. Nous avions promis de tenter d’approfondir le sujet de l’autisme et de l’état des connaissances actuelles, scientifiques et médicales, sur le sujet. Impossible d’être exhaustif, mais voici, dans cet article et ceux des semaines à venir, le résumé de la parole des meilleurs experts en la matière. Il va de soi que nous ne livrons pas ici des dogmes, que rien n’est parole d’évangile et que chacun est libre d’en tirer ses propres opinions, ses propres enseignements. Les différentes pistes évoquées ne s’opposent pas toujours, pas forcément, et peuvent se compléter. La démarche n’est pas agressive et se veut au contraire constructive.

Lire la suite

Sortir de l’autisme est-ce possible ? (partie 2)

8Sur ce blog, il y a quelques mois, nous avions consacré un article à l’autisme : vous aviez été très nombreux à venir le lire et apporter vos contributions, mais aussi à poser des questions, une multitude de questions. Nous avions promis de tenter d’approfondir le sujet de l’autisme et de l’état des connaissances actuelles, scientifiques et médicales, sur le sujet. Impossible d’être exhaustif, mais voici, dans cet article et ceux des semaines à venir, le résumé de la parole des meilleurs experts en la matière. Il va de soi que nous ne livrons pas ici des dogmes, que rien n’est parole d’évangile et que chacun est libre d’en tirer ses propres opinions, ses propres enseignements. Les différentes pistes évoquées ne s’opposent pas toujours, pas forcément, et peuvent se compléter. La démarche n’est pas agressive et se veut au contraire constructive.

Lire la suite

Sortir de l’autisme est-ce possible ? (partie 1)

1Ce vendredi 18 octobre 2016, l’une des fondations américaines les plus importantes dans la recherche pour l’autisme, Autism Speaks, a modifié ses statuts pour la première fois depuis 11 ans : de la liste des objectifs pour lesquels il se bat, cet organisme a officiellement retiré la découverte d’un remède à l’autisme, d’un médicament thérapeutique qui puisse guérir, soigner l’autisme. Une avancée pour certains, qui estiment par là que l’on reconnait enfin le fait « que l’autisme n’est pas une maladie à soigner mais une particularité humaine », selon les mots du comédien, réalisateur et écrivain Hugo Horiot, « enfant autiste devenu un adulte autiste ».

Lire la suite

Enfants précoces : quels professionnels pour les aider ?

1Ce sont des enfants en souffrance, qui se sentent en décalage avec leurs amis, avec la société, sans comprendre pourquoi : les élèves précoces. Ils représentent 2,3% de la population scolarisée en France. Ils ne sont pas plus nombreux qu’avant, à en croire les spécialistes, mais ils sont de mieux en mieux diagnostiqués, et de plus en plus tôt, ce qui permet de les prendre en charge mieux que par le passé ; du coup, on a le sentiment que leur nombre va croissant, que tout le monde ou presque a un enfant précoce dans son entourage, voisins, amis, famille… ce n’est pas le cas, c’est juste qu’ils sont aujourd’hui bien identifiés, accompagnés. Et cet accompagnement qui s’améliore crée aussi de l’emploi, en France, dans le social et la santé.

Lire la suite