La santé : un thème de campagne pour la présidentielle (2)

Partie 2 : les propositions de Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon

 

Pour la campagne de l’élection présidentielle, la santé constitue sans aucun doute un thème de débat important, au cœur des programmes de tous les candidats. Après les propositions de François Fillon, voici celles de Marine Le Pen pour le Front National, Emmanuel Macron avec son mouvement « En Marche », et Jean-Luc Mélenchon, fondateur de la « France insoumise ».

Lire la suite

Les soignants face à une épidémie de grippe de grande ampleur

12Le pic attendu de la grippe, c’est cette semaine, pile à la mi janvier 2017… et si la France en a connu d’autres en la matière, cette année reste tout de même particulièrement touchée par le virus caractéristique de l’hiver. Pour tous les soignants, le Plan Blanc a été déclenché… Alors, que signifie-t-il, comment les personnels des établissements de santé ou de retraite, les urgentistes, les médecins libéraux ou hospitaliers font-ils face ?

Lire la suite

Uvesterol D : les médicaments pour enfants qui ont fait polémique ces 10 dernières années

1-uvesterol-dEn ce début janvier 2017, c’est l’Uvesterol D qui fait la une des médias : depuis le 8 janvier 2017, le médicament n’est plus disponible, il a été retiré du marché sur décision de l’Agence du médicament, l’ANSM, après la mort par arrêt cardio-respiratoire d’un nourrisson de 10 jours, survenue le 21 décembre 2016. L’Uvesterol D est un médicament qui traite les carences en vitamine D, mais il est utilisé chez quasiment tous les enfants en bas âge, et prescrit par presque 100% des pédiatres et des médecins, pour prévenir ces carences.

Lire la suite

Un réveillon sous le signe de la grippe…

6Alerte générale à la grippe : pour ce week-end de la Saint-Sylvestre, elle touche 13 régions françaises… sur 13 ! Contre 9 seulement la semaine qui a précédé Noël. Les Hauts-de-France, les Pays-de-la-Loire, le Centre-Val-de-Loire et la Corse sont en phase pré-épidémique… autant dire que leur tour risque d’arriver la première semaine de janvier. Résultat : une carte du réseau sentinelles qui a viré au rouge vif intégral ces derniers jours. Depuis le début de la surveillance le virus a déjà provoqué au moins 12 décès, selon l’organisme Santé Publique France, qui précise par ailleurs que depuis la mi-décembre 2016, près de 250 cas graves avaient été admis en réanimation.

Lire la suite

Médicaments : l’ordre des pharmaciens alerte sur des ruptures de stock inquiétantes

sans-titre7Certains médicaments sont en rupture de stock de plus en plus souvent, et de plus en plus longtemps. Certains, depuis des mois, voire des années, sans réassort. C’est le constat des pharmaciens, dont l’Ordre alerte aujourd’hui les autorités et les citoyens sur cette pénurie chronique qui concerne de plus en plus de produits. Selon l’organisme, depuis 10 ans, les ruptures d’approvisionnement sont devenues tellement fréquentes qu’elles constituent aujourd’hui une préoccupation de santé publique : rien que cette année (2016), plus de 200 000 médicaments ont été signalés comme étant concernés par le problème.

Lire la suite

Etre humanitaire à Alep

10Epargner les civils, leur porter secours, soigner les blessés : voilà la mission des humanitaires en mission en Syrie, alors que la deuxième ville du pays, Alep, subit depuis plus d’un mois l’offensive nourrie du régime de Bachar Al Assad. Sous le feu incessant des bombardements de l’armée et des tirs de roquette des rebelles, dans les quartiers est de la ville, des milliers de civils sont piégés, affamés par le siège qui interdit à tout convoi humanitaire d’acheminer des ravitaillements. Difficile, sur place, de savoir réellement quelle est la situation, tant les informations sont différentes selon qu’elles proviennent du pouvoir en place, des milices rebelles, des Russes, de la Turquie ou de l’Iran  (alliés de Bachar Al Assad), ou de la Coalition Internationale (à laquelle participent la France et les Etats-Unis). D’autres sources, comme l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, sont aussi régulièrement remises en cause parce qu’elles proviennent de Syrien réfugiés en Europe, et qui n’ont d’informations sur place que celles que leurs contacts peuvent recueillir. Le conflit est tel et les enjeux si grands, qu’il est presque impossible de pouvoir jurer qu’une source est fiable, et a fortiori les informations qu’elle divulgue.

Lire la suite

Implants contraceptifs Essure : encore un scandale sanitaire ?

5C’est l’avocat des victimes du médiator qui a pris le dossier en main : et cela veut tout dire… au cœur d’un nouveau scandale sanitaire, ou ce qui y ressemble, le laboratoire allemand Bayer. C’est lui qui fabrique les implants contraceptifs Essure, ces petits ressorts posés en sous-cutané chez les femmes désireuses d’éviter ainsi une grossesse… et c’est lui qui est, aujourd’hui, au cœur de la tourmente, visé par deux plaintes de patientes. Alors que d’autres dossiers, plusieurs dizaines, sont en cours de constitution. Et qu’une association, RESIST (Réseau d’entraide de soutien et d’information sur la stérilisation tubaire), s’est montée, animée par des femmes qui s’estiment victimes du laboratoire.

Lire la suite

Infirmiers : ils ont enfin leur propre code de déontologie

4C’est officiel depuis le 27 novembre 2016 : les infirmiers ont désormais leur propre code de déontologie, et pour la profession, c’est un tournant important : une marque d’estime, enfin, dans les textes, pour un métier qui a beaucoup souffert ces dernières années. Depuis 6 ans déjà, les infirmiers attendaient ce décret : « la publication du premier code de déontologie des infirmiers marque la reconnaissance de l’ensemble d’une profession de plus en plus autonome », selon la première réaction de l’Ordre National des Infirmiers. « Cette inscription dans les textes d’un code de déontologie survient à un moment où la profession infirmière souffre d’un vrai, d’un profond malaise, et se pose des questions quant à son avenir et à celui du système de santé en France ».

Lire la suite

Numérus clausus : 500 places de plus suffiront-elles à combler les déserts médicaux ?

16Comment combler les déserts médicaux ? L’une des solutions consiste tout simplement à augmenter le numérus clausus du nombre de places en deuxième année de médecine, et c’est la mesure qu’a décidé de prendre la ministre de la Santé, Marisol Touraine : 22 facultés de médecine en France pourront se répartir 478 places supplémentaires à l’issue de la première année, pour le concours d’accès à la deuxième. Cela correspond à une hausse globale de 11% du nombre de places. Déjà, en 2015, la ministre avait relevé ce quota d’un peu moins de 200 places sur 2 ans.

Lire la suite