Don de sang : la pénurie devient critique… et le foot ne devrait rien arranger !


Temps de lecture : 4 minutes

11Il y a eu un bel élan de solidarité en novembre 2015, après les attentats, et depuis… « plus grand-chose », révèlent les centres français de collecte de dons du sang. Or, le 14 juin 2016, c’est la journée mondiale de don du sang, justement… occasion idéale pour rappeler l’importance et l’utilité de cette démarche : « ces derniers mois ont été marqués par une baisse constante des dons », révèle ainsi l’Etablissement Français du Sang. « Actuellement, il nous faudrait au moins 30 000 dons de plus pour être dans nos objectifs habituels ».

 

Toujours selon l’ESF, dans certains départements, les réserves de sang n’ont jamais atteint un seuil aussi critique. En région Provence Alpes Côtes d’Azur par exemple, les stocks sont au plus bas. Alors que pour chaque département, il faut environ 45 000 poches de sang chaque année. Soit 800 dons quotidiens… en ce moment, les centres de collecte parviennent difficilement à en « faire » 600 par jour. « Le public ignore trop souvent encore que les produits sanguins sont irremplaçables, c’est pour cela qu’ils constituent une urgence vitale : aucun médicament, aucun traitement de substitution, aucune molécule de synthèse ne peut être injecté à la place du sang ou du plasma. C’est pour cela que les dons sont si importants. Consacrer quelques minutes de son temps à une petite piqûre rapide peut sauver un nombre incroyable de vies : chaque année en France, 1 million de personnes bénéficient d’une transfusion », explique  le docteur Frédéric Bigey, responsable départemental adjoint de l’ESF en région Lorraine Alsace Champagne Ardenne. Même constat en Aquitaine Limousin Poitou Charente par exemple, où l’on peine à atteindre les 700 dons nécessaires, chaque jour, pour couvrir les besoins. Ou encore, en Ile de France, où la pénurie devient chronique.

 

8 (1)Ce que redoutent aussi les soignants, c’est l’approche de l’Euro, qui signifie – on l’ignore aussi trop souvent – une mathématique diminution des dons du sang : « On l’observe à chaque fois qu’il y a une grande manifestation sportive », analyse Alexandre Talamoni, de l’ESF Corse et Côte d’Azur. « Les donneurs habituels sont moins disponibles pour se rendre sur les sites de collecte, ils choisissent de consacrer leur temps libre au suivi des compétitions, et du coup nos réserves de sang baissent en conséquence pendant toute la durée de ces manifestations sportives. Là, cela tombe mal, car le début de l’été est une période durant laquelle les besoins augmentent : il y a les départs en vacances, le beau temps, et plus d’accidents sur la route, par exemple. Tandis que, parallèlement, les donneurs réguliers partent en vacances eux aussi, et se présentent moins souvent dans les centres. L’augmentation des besoins conjuguée à la diminution des dons nous placent déjà chaque année dans une situation délicate l’été, alors si le foot s’en mêle…». Du coup, certains sites de l’ESF songent à s’équiper de téléviseurs grand écran pour permettre aux donneurs fans de foot de suivre confortablement les matchs, allongés sur les tables de prélèvement !

 

6Pendant une semaine à partir du 14 juin 2016, faites passer le mot autour de vous : des collectes spécifiques seront organisées dans plus de 300 lieux différents sur tout le territoire, pour permettre aux donneurs de faire un geste indispensable à la survie de certains patients atteints de maladies chroniques nécessitant une transfusion hebdomadaire, voire bi-hebdomadaire, mais aussi aux urgentistes qui reçoivent chaque jour dans leurs services des personnes victimes d’accidents graves et qui ont perdu beaucoup de sang.

 

2Pour donner son sang (compter 5 à 10 minutes), il faut toutefois respecter quelques conditions importantes : être majeur et âgé de moins de 70 ans, avoir sur soi une pièce d’identité, peser plus de 50 kilos et… avoir le ventre plein ! Vous ne pourrez pas donner votre sang si vous venez de vous faire tatouer, si vous venez de subir une intervention chirurgicale ou des soins dentaires, si vous prenez des antibiotiques ou si vous revenez d’un voyage dans un pays à risques (paludisme, zika…), si vous souffrez d’un taux d’hémoglobine insuffisant ou si vous êtes une femme enceinte. Enfin, si vous êtes un homme il ne faut pas avoir donné votre sang plus de 6 fois dans l’année, 4 fois pour une femme.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *