La santé : un thème de campagne pour la présidentielle (3)

Laisser un commentaire

Partie 3 : les propositions de Benoît Hamon, candidat du Parti Socialiste

 

Pour la campagne de l’élection présidentielle, la santé constitue sans aucun doute un thème de débat important, au cœur des programmes de tous les candidats.

 

Pour terminer, les propositions de Benoît Hamon, le candidat officiellement investi du parti socialiste. Son slogan, « faire battre le cœur de la France », évoque directement la problématique sanitaire ! Et en matière de santé, son programme sort clairement du lot avec plusieurs idées provocantes pour les uns, novatrices pour les autres :

 

3D’abord, sa proposition phare en la matière rejoint celle qui a tant fait parler de lui : comme il revendique le droit à un revenu universel, l’ex disciple de Michel Rocard revendique aussi un droit à la santé universel. L’idée : ne plus axer les remboursements de frais de santé à une situation personnelle ou professionnelle particulière, mais partir du principe que chacun y a droit quel que soit son statut, justement : chômeur, étudiant, retraité ou actif. Quels que soient, aussi, ses revenus ou sa situation familiale.

 

Ensuite, Benoît Hamon propose de légaliser le cannabis : « pour tuer le trafic à la source et protéger la population des réseaux de dealers, il faut le légaliser et encadrer sa distribution ». Il récupérerait les quelques 600 millions d’euros de budget annuel réservés à la répression en France, pour les réutiliser à des fins de prévention et d’information sur les risques liés à la consommation de stupéfiants.

 

1Le candidat vainqueur de la primaire socialiste propose aussi de reconnaître le burn out comme maladie professionnelle. Un combat de longue date pour le candidat, qui a déjà fait adopter à l’Assemblée Nationale, en mai 2016, un amendement sur la reconnaissance de certaines maladies psychiques comme maladies professionnelles. Mais le burn out n’y est toujours pas inscrit, et donc pas reconnu par l’assurance maladie. Résultat : pour l’instant, les salariés en burn out doivent réussir à prouver le lien entre leur maladie et leur travail, ce qui est souvent très loin d’être évident. «Selon le cabinet Technologia, 3,2 millions de personnes seraient exposées à des pathologies psychiques liées à des pressions au travail c’est-à-dire à un burn out », explique le candidat socialiste à la présidentielle. « Nous sommes dans le déni, il faut reconnaître l’existence de ces pathologies psychiques liées au travail, à la colonisation de notre vie par le travail. Il faut les reconnaître comme maladies professionnelles ».

 

4Pour lutter contre le désert médical, Hamon souhaite appliquer non pas des mesures d’encouragement pour les médecins qui s’installeraient dans des zones à besoin, mais au contraire de sanctionner ceux qui s’installeraient dans des zones déjà trop dotées en médecins. Il les déconventionnerait, tout simplement. « Cette mesure n’entrave en rien la liberté d’installation du médecin, puisqu’il pourra toujours s’installer où il en aura envie. Simplement, il ne pourra plus bénéficier du conventionnement », indique-t-il sur son site de campagne. Le candidat veut aussi encourager le développement de maisons de santé pluridisciplinaires, où plusieurs médecins libéraux travailleraient ensemble. Il veut enfin fixer des tarifs identiques pour tous, sur tout le territoire, pour les consultations.

 

2En matière d’avortement, à l’opposée du candidat de la droite François Fillon, Benoît Hamon veut démultiplier les centres d’accueil du planning familial. « Je rouvrirai des centres d’accueil du planning familial dans toute la France pour donner à chaque femme le droit effectif de s’informer et de disposer de son corps. Le planning familial offre un accompagnement complet pour l’IVG (réponse aux questions, possibilité d’accompagnement pour les mineurs…) et pourtant, les inégalités territoriales sont encore très fortes, notamment dans les milieux ruraux ou pour les jeunes qui ne peuvent pas se déplacer seuls », écrit-il.

 

Il veut par ailleurs créer une « vraie loi » sur le droit de mourir dans la dignité. Il souhaite donc légaliser l’euthanasie active, car « chacun a le droit de choisir le moment où il quitte la vie, surtout ceux qui souffrent d’une maladie incurable ». Très engagé aux côtés des associations qui militent pour le droit de mourir dans la dignité, proche de Jean-Luc Roméro, le président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, Benoît Hamon estime que l’euthanaise active fait partie des promesses non tenues de François Hollande. Il souhaite donc faire voter, éventuellement par référendum, un prolongement de la loi Claeys-Léonetti, dont il estime qu’elle n’est pas encore assez ambitieuse.

 

Benoît Hamon veut autoriser la PMA (Procréation médicalement assistée) aux femmes seules ou aux couples de femmes homosexuelles. « Je peux vous assurer que le peuple est en avance sur les politiques, sur cette question de la PMA », déclare-t-il dans ses meetings. « Sur la fin de vie et le droit à mourir dans la dignité, le peuple est en avance. Si on avait écouté le peuple, on aurait même le mariage pour tous depuis longtemps. Et l’adoption pour les couples homosexuels ». Benoît Hamon souhaite encadrer la PMA pour tous en créant une nouvelle structure policière, qu’il désigne comme une « police des discriminations », avec la création de 1000 postes d’inspecteurs chargés de contrôler les entreprises et les institutions. Objectif : vérifier l’absence d’inégalités entre les personnes, « quelle que soit leur couleur de peau, leurs  origines sociales, leurs orientations sexuelles ou leur identité de genre ».

 

Enfin, il souhaite s’engager dans une lutte sans merci contre les grands lobbies de la santé : les laboratoires pharmaceutiques, qu’il souhaite empêcher de pratiquer des prix trop élevés sur certains médicaments. Il veut aussi accélérer le développement des génériques. Il veut, enfin, « déclarer la guerre aux pesticides et aux perturbateurs endocriniens ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *