Archives pour la catégorie Société

Un protocole médical unique pour les victimes des attentats du 13/11/15

Ses souvenirs la hantent. Elle est mère de famille, avec sa fille elles ont passé une demi-heure dans la salle du Bataclan, le 13 novembre 2015, après l’entrée des terroristes et le début de la fusillade. Dans son esprit, ces trente minutes là sont pour toujours associées à un danger, au chaos, à ce qu’elle a ressenti comme la fin du monde, la mort imminente. Elle a 48 ans, elle ne veut pas qu’on donne son prénom, elle a trop souffert. « Mes souvenirs sont trop violents, je n’ai pas pu continuer à vivre comme avant, cela ne reviendra jamais. Le Bataclan c’est mon cauchemar perpétuel. Il resurgit au moindre bruit, de nuit comme de jour, et dans ces cas là je m’enfonce dans une peur panique, qu’est-ce qui se passe, qu’est-ce qui va m’arriver… et je bascule dans un autre monde, celui de mes phobies. Des claquements secs, des travaux, des klaxons dans un embouteillage me font sursauter et déclenchent ça. Je vis dans une angoisse permanente. J’ai réchappé d’une tuerie qui a fait 90 morts, je n’ose plus sortir, j’ai du quitter mon travail. J’ai sans arrêt des images sanglantes, morbides dans la tête ». Elle souffre de maux de tête, de ventre, de palpitations, de sueur, d’envies brutales de pleurer, elle fait des cauchemars, des insomnies.

Lire la suite

Ras le bol dans la Fonction Publique Hospitalière : paroles d’agents

« Nos conditions de travail sont déplorables, on a une direction qui ne nous entend pas et les personnels en ont marre… alors je suis désolé, mais on vous prend un peu en otage… ». Cette phrase, entendue des dizaines de fois lors de la grande manifestation de la fonction publique cette semaine, résume en quelques mots l’état d’esprit des soignants qui travaillent à l’hôpital. Des années maintenant, que la situation à l’hôpital se dégrade, et des alertes qui semblent résonner dans le vide : médecins, infirmiers, aides soignants, sages femmes se sentent pris en otage entre leur vocation d’assistance à autrui, et des pouvoirs publics et des directions qui font la sourde oreille, obsédés par la réduction des déficits et le retour à l’équilibre.

Lire la suite

Terrorisme : les services psychiatriques doivent-il signaler leurs patients radicalisés ?

Marseille, le 21 août 2017 : un automobiliste fonce sur un abribus et tue un piéton, en blesse un autre : il était suivi en hôpital psychiatrique. Paris, le 5 août 2017 : un autre homme menace de poignarder des militaires… il se revendique de Daech ; il était lui aussi hospitalisé en unité psychiatrique. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le terroriste des attentats de Nice le 14 juillet 2016, était « instable et violent », selon ses proches, ses médecins, ses avocats. On peut encore citer l’exemple de David Ali Sonboly qui, il y a un an, tuait 9 personnes à Munich. Selon la police allemande, il souffrait lui aussi de « troubles psychiatriques ». Plusieurs cas, derrière lesquels se cache une même question : malgré le secret médical, faut-il demander aux psychiatres et aux personnels des unités de soin mental de signaler à la police leurs patients manifestement radicalisés ?

Lire la suite

Déserts médicaux : de pire en pire… peut-on encore faire marche arrière ?

Son histoire a fait le tour du net et des médias, une histoire à dormir debout et pourtant, bel et bien vraie : celle du Docteur Patrick Laine, médecin généraliste à Saulnot, une commune de Haute-Saône. Une histoire, qui pourrait faire sourire si, au fond, elle n’était pas révélatrice d’une terrible réalité : celle des déserts médicaux, un phénomène qui continue de s’aggraver de manière vertigineuse, sans que rien ne puisse sembler pouvoir enrayer sa progression. Le docteur Patrick Laine, donc, 67 ans dont la moitié d’exercice de la médecine, contraint de continuer à gérer son cabinet malgré lui et malgré des problèmes de santé, depuis 18 mois maintenant, sans pouvoir prendre sa retraite, faute de successeur. « Je ne supporte pas l’idée d’abandonner mes patients, c’est un village de 800 habitants et tous dépendent de moi, sans compter ceux des campagnes alentour ».

Lire la suite

Un an après l’attentat de Nice : les soignants encore meurtris

On rend beaucoup hommage aux victimes des attentats, et c’est normal. On pense moins souvent aux soignants, pompiers, urgentistes, ambulanciers, brancardiers, médecins, chirurgiens, anesthésistes, infirmiers, aides-soignants, et tous les autres, qui ont contribué cette nuit là et les jours suivants à soigner les victimes, à essayer d’en sauver beaucoup qui finalement ont fini par succomber à leurs blessures. On pense moins, aussi, à ceux qui continuent à aider les victimes blessées et porteuses de lourdes séquelles, médecins traitants, kinésithérapeutes, etc, qui continuent à assister au jour le jour aux ravages commis par ce camion bélier qui a foncé dans la foule il y a un an exactement, sur la Promenade des Anglais.

Lire la suite

Procréation Médicalement Assistée, Gestation Pour Autrui : ce qui pourrait bientôt changer en France

C’est Christophe Castaner, le porte parole du gouvernement Macron 2, qui l’a annoncé le 28 juin 2017 : la législation pourrait évoluer en France après l’avis rendu par le CCNE, le Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé : l’instance est favorable à la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules, mais opposé à la légalisation de la GPA et de la congélation des ovocytes.

Lire la suite

Présidentielle : comment le vote des soignants a influencé le premier tour de scrutin

Cette année, l’élection présidentielle marque un tournant dans l’histoire du vote des soignants sous la cinquième République : le dernier quinquennat, la loi Santé tellement controversée de Marisol Touraine, le malaise des infirmiers, des sages-femmes, des soignants en général, la pénibilité du travail… tout cela a bouleversé la donne et changé radicalement la tendance électorale du côté des soignants.

 

Lire la suite

Préavis de grève illimitée pour les internes

4Ils ont déposé un préavis de grève illimitée à compter du 18 avril 2017 : un mouvement à l’appel de l’intersyndicale des internes qui risque d’être très suivi, et d’handicaper longuement les établissements hospitaliers. En cause, la réforme du troisième cycle des études de médecines, qui selon eux se fait dans l’omerta et l’absence de dialogue. Dans leur viseur, la ministre de la santé Marisol Touraine, qui fait « la sourde oreille » depuis des mois. Nous vous avons déjà proposé, à Jobvitae, plusieurs articles sur le malaise de cette catégorie d’étudiants : en novembre 2014 (Grève des internes quelle réforme pour leur temps de travail ?) et en septembre de la même année (Rentrée universitaire et filières santé : le burn out des étudiants). Depuis, presque trois années se sont écoulées… où en sont-ils, ces internes qui descendent à nouveau dans la rue pour attirer les pouvoirs et l’opinion publics sur leur situation ?

 

Lire la suite

Europe : l’avortement de plus en plus remis en question

4En Europe comme ailleurs dans le monde, ces temps-ci, la question de l’avortement revient au faîte des grandes questions d’actualité… Et la remise en cause de ce droit fondamental des femmes, acquis de haute lutte il y a quelques décennies et qui semblait inaliénable, n’est plus si choquante et devient même souhaitable pour une partie de nos sociétés occidentales. Les soignants et les personnels d’accompagnement social s’en inquiètent, et s’en émeuvent.

Lire la suite

Enfants précoces : quels professionnels pour les aider ?

1Ce sont des enfants en souffrance, qui se sentent en décalage avec leurs amis, avec la société, sans comprendre pourquoi : les élèves précoces. Ils représentent 2,3% de la population scolarisée en France. Ils ne sont pas plus nombreux qu’avant, à en croire les spécialistes, mais ils sont de mieux en mieux diagnostiqués, et de plus en plus tôt, ce qui permet de les prendre en charge mieux que par le passé ; du coup, on a le sentiment que leur nombre va croissant, que tout le monde ou presque a un enfant précoce dans son entourage, voisins, amis, famille… ce n’est pas le cas, c’est juste qu’ils sont aujourd’hui bien identifiés, accompagnés. Et cet accompagnement qui s’améliore crée aussi de l’emploi, en France, dans le social et la santé.

Lire la suite