Seniors : 10 ans après les 20 000 morts de la canicule, comment les protéger ?

1 commentaire

caniculePersonne n’a oublié ces images terribles de l’été 2003, quand on ne savait plus quoi faire de nos morts, des vieillards décédés par dizaines, succombant de chaleur, de déshydratation et de solitude. Il avait fallu entreposer les corps non réclamés dans des entrepôts frigorifiques industriels, dans des camions réfrigérés dont on faisait tourner le moteur jour et nuit, près d’Ivry en région parisienne. 70 000 morts en Europe, 20 000 en France. « Plus jamais ça », c’est aujourd’hui le discours unanime des urgentistes, marqués à vie par ces images là.

« Ces vieillards étaient morts deux fisolementois, d’abord de la canicule, ensuite de l’indifférence », se souvient Patrick Goldstein, chef du SAMU dans le Nord de la France. « Vous rendez-vous compte, on ne s’est rendu compte de leur décès que parce que l’odeur gênait les voisins… C’est abominable, un souvenir qui nous a tous bouleversés à jamais. » Dans les morgues des hôpitaux, des dizaines de corps étaient à l’abandon, un peu partout en France, soit parce que les familles ne voulaient pas payer les frais d’obsèques, soit parce que personne ne réclamait leurs dépouilles.

maison_retraiteC’était il y a tout juste dix ans. Comment avait-on pu en arriver là ? Même si notre été 2013 n’est pas franchement typique d’un été caniculaire, il faut tout de même se préparer au pire, toujours. Car les météorologues ne sont pas devins. Et il faut être prêt à tout moment, à protéger nos aînés, parfois si seuls dans leurs petits appartements étouffants. Parfois habitants des centres-villes, sans que personne ne vienne leur dire bonjour pendant quelquefois des semaines. Surtout pendant ces mois de vacances où le commun des mortels est ailleurs.

personnes_ageesDepuis 2003 donc, le Ministère de la Santé met chaque année en place un plan canicule afin qu’une crise sanitaire de cette ampleur ne se reproduise jamais. « Beaucoup de personnes âgées qui sont mortes pendant la canicule l’étaient déjà socialement », explique Agathe Gestin, responsable du programme Personnes âgées de la Fondation de France. « L’une des raisons de l’hécatombe de 2003, (et les maisons de retraite ont payé un lourd tribu, la moitié des victimes), c’est le manque de moyen », estime Pascal Champvert, président de l’ADEHPA, l’Association des Directeurs d’Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées. « Dans certains établissements, on ne comptait que deux aides soignantes pour 80 pensionnaires ! » Le problème, c’est que les personnes âgées sont toujours aussi seules, plan canicule ou pas. Et que certaines maisons de pension sont toujours aussi pauvres, en moyens comme en personnel.

famille

10 ans après donc, les deux principaux problèmes de fond demeurent. C’est bien de demander des alertes à Météo France. C’est bien
de demander aux municipalités de rester vigilantes, tout comme aux associations et aux services d’urgence. C’est bien de recenser les personnes âgées et fragilisées. De distribuer des bouteilles d’eau… Mais les pouvoirs publics ne peuvent pas tout.  Et c’est à chacun de veiller sur ses proches, même très âgés, même placés en établissement. « Je me souviens de cette maison de retraite qui comptait une victime, en 2003. Son fils avait refusé d’écourter ses vacances, il avait fallu attendre près de deux semaines pour l’inhumation », raconte Patrick Goldstein.

Canicule ou pas, finalement, ce qui est préoccupant c’est l’indifférence générale de la société pour ses personnes âgées. Une situation soulignée par la ministre Michèle Delaunay, sur le stand Jobvitae au salon Santé et Autonomie à la fin du mois de mai. 12 500 emplois d’avenir spécifiquement dédiés aux seniors devraient être créés, et c’est une vraie bonne chose. Mais cela ne remplacera jamais l’attention d’un fils, ou d’un petit-fils, pour ses parents ou ses grands-parents. C’est peut-être là-dessus que devraient porter davantage les campagnes de sensibilisation.

 

Une réflexion au sujet de « Seniors : 10 ans après les 20 000 morts de la canicule, comment les protéger ? »

  1. Marc

    Vous avez tout à fait raison : si on a mis au point des systèmes pour éviter que cela ne se reproduise, les problèmes de fonds restent bien présents et c’est à chacun de faire un effort pour combattre cet isolement quotidien des personnes âgées. Aller voir de temps en temps ses parents ou ses grands-parents n’est pas si compliqué. Il faut juste avoir la volonté de le faire !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *